Guinée Bissau:L’Institut national de la sécurité sociale (INSS ,le syndicat de base proteste contre le prêt d’argent des retraités au gouvernement

Amadu N’djai, président du Syndicat du personnel de l’Institut national de la sécurité sociale (INSS), s’est une nouvelle fois rebellé contre une demande de prêt présentée par le gouvernement à l’INNS pour un miliard de franc cfa .

Amadu N’djai, qui était intervenu lundi lors d’une conférence de presse, a déclaré qu’il ne pouvait être prêté au gouvernement pour payer les dettes des agents de l’Etat, car cet argent sert à l’entretien de l’Institut et au paiement des retraités.

« Nous ne pouvons pas prêter de l’argent au gouvernement et nous nous engageons ensuite envers les bénéficiaires des retraités », a déclaré le syndicaliste.

Il a affirmé que ce n’était pas la première fois que le gouvernement demandait un prêt à l’ Institut et que cela ne payait jamais, affirmant que les dettes de l’exécutif dépassaient les 300 millions de francs cfa.

Amadu N’djai a déclaré qu’il resterait ferme dans son rôle pour empêcher l’argent de quitter l’INSS.

Au nom des retraités, Luís Lopes Gomes Semedo a examiné l’attitude du gouvernement face à un crime.

Il a déclaré qu’ils n’accepteraient pas que des fonds soient versés au gouvernement, car l’exécutif n’a jamais augmenté  la pension  des retraités, considérant que la sécurité sociale est une chose sacrée, car ce sont des salaires réduits pour les bénéficiaires du système, ce qui permet aux jeunes de jouir de leur vieillesse avec leur les familles.

Luís Semedo a déclaré que si ce montant de 1 milliard de francs était versé au gouvernement, l’Institut ferait faillite et ne serait pas en mesure de payer les dépenses courantes des retraités, les salaires du personnel, entre autres.

Il a également demandé au Premier ministre de renoncer à l’idée « parce que c’est un crime contre les personnes âgées »,   ajoutant   qu’il est temps de respecter les retraités.

La semaine dernière, le ministre de l’Administration publique chargé de la surveillance de l’INSS a admis que le prêt ne serait jamais consenti au gouvernement sans des garanties de paiement.

Fernando Gomes a déclaré que l’exécutif avait promis de régler la dette avec des fonds provenant des recettes d’exportation de la noix de cajou, dont la campagne de commercialisation est en cours.

Auparavant, le gouvernement avait indiqué qu’il souhaitait emprunter auprès de l’INSS pour couvrir le paiement des salaires en retard dans la fonction publique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *