La Cour supérieure ordonne la libération de l’ancien président Michel Temer brésilien

La Cour supérieure de justice du Brésil (STJ) a ordonné la libération de l’ancien président Michel Temer, afin que l’ancien chef de l’Etat puisse répondre librement de l’affaire dans laquelle il est accusé de corruption.

Quatre juges de la STJ ont unanimement voté en faveur de la libération de Michel Temer et du colonel João Baptista Lima Filho, ancien aide personnel et ami personnel de l’ancien chef d’État brésilien.

Pour sortir de la prison, Temer n’avait besoin que de deux votes favorables, puisqu’un juge de la STJ s’est déclaré empêché et n’a pas participé à la délibération, la loi brésilienne déterminant que le lien ex æquo favorise les accusés.

Le vote est provisoire et fait référence à une demande d’habeas corpus présentée par les avocats de l’ancien président du Brésil.

Dans cette affaire, Temer est accusé d’avoir reçu des pots-de-vin de sociétés ayant remporté des contrats dans le consortium gagnant de l’unité Angra 3, qui fait partie de la centrale nucléaire d’Almirante Álvaro Alberto.

Selon le ministère public fédéral de Rio de Janeiro, la société Argeplan, rattachée au colonel João Batista Lima Filho, aurait participé au consortium en remportant les travaux dans le seul but de rendre possible le versement de pots-de-vin à Temer.

Les enquêteurs ont indiqué que le colonel Lima, outre l’ami de longue date de Temer, agissait en qualité d’opérateur financier de l’ancien chef d’État brésilien.

Michel Temer, 78 ans, a été arrêté pour la première fois le 21 mars à São Paulo, à la demande de chercheurs de l’opération Lava Jato à Rio de Janeiro, et libéré le 25 de ce mois avec l’ancien ministre Moreira Franco et avec le colonel Lima.

Mercredi dernier, le tribunal régional fédéral de la 2e région du Brésil a ordonné le retour de Temer et de l’accusé Colonel Lima en prison.

Temer est le deuxième président brésilien à être détenu en moins d’un an. Le premier était Lula da Silva, âgé de 73 ans et purgeant une peine de prison.

Michel Temer fait actuellement l’objet d’une enquête dans le cadre de plusieurs affaires liées à Lava Jato, considérée comme la plus importante opération de lutte contre la corruption au Brésil et ayant permis de découvrir des déviations millionnaires par rapport à la société pétrolière d’État Petrobras et à d’autres organismes publics du pays.

Depuis son lancement en mars 2014, l’enquête sur Lava Jato a abouti à l’arrestation d’hommes d’affaires et d’hommes politiques, dont Luiz Inacio Lula da Silva du Parti des travailleurs (PT), président du Brésil entre 2003 et 2011.

Temer, du parti du Mouvement démocratique brésilien, était président entre août 2016, après le limogeage de Dilma Rousseff (PT) et décembre 2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *