Guinée-Bissau :Deux mois après les élections des jeunes marchent pour la nomination d’un nouveau PM

Des milliers de jeunes militants et sympathisants des différentes formations politiques qui composent la majorité parlementaire ont défilé hier matin pour demander la nomination du nouveau Premier ministre par le président José Mário Vaz.

Vainqueur des élections législatives du 10 mars, le PAIGC qui, par le biais d’alliances avec d’autres forces politiques, constitue une majorité au Congrès national du peuple.

La marche qui a débuté dans l’espace vert de bairro ajuda, a rassemblé des milliers de jeunes partisans de ces quatre partis, à savoir : PAIGC, APU-PDGB, PND et UM, dans le but de demander au président de la République de se conformer à la Constitution et à d’autres lois du pays. Les jeunes marcheurs ont marché côte à côte avec les musiciens pour encourager et prononcer des slogans.

Ils ont installé des pancartes et des affiches, dans lesquelles on pouvait lire les phrases suivantes : « JOMAV nomme un nouveau Premier ministre » ; « La paix n’existe que lorsque le peuple est respecté »; « Les électeurs ont choisi la voie de la stabilité politique aux urnes ».

Les jeunes manifestants ont occupé une partie de l’avenue principale  » Combattant de la liberté de la Patrie  » et des clubs Sport Bissau et Benfica, puis les avenues Francisco Mendes et Osvaldo Vieira, la rue Vitorino Costa et l’avenue Amílcar Cabral, avant de prendre la direction de la place des martyrs de Pindjiguiti (Praça Mon di Timba), où ils ont organisé un rassemblement pour exiger la nomination du nouveau Premier ministre.

S’exprimant devant les manifestants, Dionísio Pereira, secrétaire à la Jeunesse africaine, Amílcar Cabral, du PAIGC, a expliqué dans son discours que l’initiative de promotion de la marche consistait à demander au chef de l’Etat de nommer le nouveau Premier ministre, et la formation d’un gouvernement, parce que les citoyens, ont choisi le PAIGC dans les urnes afin qu’il puisse résoudre leurs problèmes sociaux, à savoir: l’éducation, la santé, la fonction publique et l’économie du pays.

Il a assuré qu’ils avaient demandé aux dirigeants des quatre formations politiques de ne pas autoriser de négociation, mais d’exiger le respect des lois, car, à leur avis, le pays était déjà sorti de la période de transition au cours de laquelle la gouvernance était partagée.

« Avez-vous terminé la transition. Le temps est venu de respecter nos lois, nous demandons donc au président de la République de ne pas pouvoir et ne doit pas défier ce peuple, car le peuple est beaucoup plus fort que lui « , a déclaré le jeune dirigeant des libérateurs.

Paulo da Silva, responsable de la jeunesse de l’Assemblée du peuple unifié – Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB), déplore la situation du président José Mário Vaz, qui se laisse manipuler par le chef d’une formation politique et notamment en lui donnant des ordres pour nommer des personnes au poste de Premier ministre. Cependant, il a exigé que le chef de l’Etat commence à se conformer aux lois de la république, car, a-t-il dit, elles ne permettront pas l’instauration de la dictature dans le pays.

Pour le secrétaire général de l’Union des jeunes pour le changement (UM), Mustafa Fati, la nomination du Premier ministre, par le parti vainqueur des élections législatives, n’a rien à voir avec la question de la composition du Bureau.

Source : Democrata

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *