Guinée Bissau : Le bureau de l’ANP constitué est capable d’exercer le fonctionnement du parlement

Des représentants du bureau de l’Assemblée nationale populaire (ANP) de Guinée-Bissau ont déclaré aujourd’hui que cet organe parlementaire était « constitué » et « légitimement capable d’exercer ses fonctions régimentaires ».

« Selon les termes régimentaires, le conseil d’administration de l’ANP est légitimement en mesure d’exercer pleinement ses fonctions régimentaires, en fait ce qui s’est déjà passé, avec des réunions successives et la pratique d’actes politiques, tels que la demande aux bancs parlementaires ou des partis ayant un siège parlementaire, la nomination de députés qui devraient être membres des autres organes de l’ANP, à savoir les commissions permanentes, les commissions spécialisées, les commissions spécialisées permanentes et le conseil d’administration « , a déclaré un communiqué  du parlement don bissauactu a reçu copie.

Dans le document envoyé à la presse, la table du parlement explique également que pour le fonctionnement des séances plénières, la table est composée de trois membres, à savoir le président du parlement (Cipriano Cassamá) et les premier et deuxième secrétaire.

« Il est bon de noter que les vice-présidents ne disposent pas de leurs propres pouvoirs, ils se substituent au président de l’ANP, en leur absence ou en empêchant », indique le communiqué, faisant référence à l’impasse sur le choix du deuxième vice-président après les députés avaient rejeté le nom Braima Camará (Madem-G15, deuxième force la plus votée).

Lors d’une réunion avec des journalistes vendredi, le président José Mário Vaz, a déclaré qu’il n’avait pas encore nommé le futur Premier ministre en raison d’un manque de compréhension des partis politiques dans la constitution du bureau de l’Assemblée.

« Après la conclusion du processus politique de la table de l’Assemblée nationale populaire, le Président de la République a été dûment informé par le biais de ses résolutions respectives. Il est toutefois étrange qu’il interprète lui-même publiquement qu’il y a une impasse dans la composition du bureau et que, de manière incompréhensible, le président de la République comprend également que l’exercice des pouvoirs constitutionnels est subordonné à la résolution de ce qu’il a appelé une violation flagrante des préceptes constitutionnels, souligne la table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *