Guinée Bissau : L’Amérique et le monde ne peuvent pas aider un pays qui n’a pas de gouvernement légitime.

L’ambassadeur des États-Unis d’Amérique en Guinée-Bissau et au Sénégal, Tulinabo Mushingi, a exprimé ce mardi le sentiment que son pays et le reste du monde souhaitaient aider la Guinée-Bissau.

Nous regrettons de ne pouvoir dialoguer avec un pays « qui ne veut pas ou est incapable de résoudre les problèmes de gouvernance et qui a des institutions fragiles ». « Les Etats-Unis sont déterminés à soutenir de manière impartiale les dirigeants légitimes de ce pays, mais ne souhaitent soutenir aucune faction politique ou partisane », a-t-il déclaré

Le diplomate américain a également déclaré que la situation politique et économique du pays semble désormais souffrir « dangereusement » d’un trafic de drogue accru et de l’impunité, ainsi que de grèves et de manifestations publiques de frustration, avec une ouverture claire à l’épanouissement du crime et de la corruption. Toutefois, il admet qu’il ne dispose pas d’éléments suffisants pour préciser le niveau réel du trafic de drogue qui existe actuellement en Guinée-Bissau.

« Ce que nous savons, c’est qu’il y a deux mois, une cargaison contenant environ 800 kg de cocaïne a été saisie. Nous essayons toujours de savoir d’où venait ce produit et qui le transportait. Comme vous le savez, toutes les recherches de ce type doivent être terminées », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’impasse dans la composition du bureau de l’ANP, Mushingi affirme qu’il ne devrait y avoir aucun lien entre le processus d’attribution de sièges au Bureau à l’Assemblée populaire nationale et la nomination d’un Premier ministre et, par conséquent, la formation de son gouvernement.

Très critique de la situation politique actuelle dans le pays, l’ambassadeur américain a déclaré qu’il était décevant de constater que la situation politique se détériorait depuis et que deux mois après les élections législatives, il n’y a toujours pas de nouveau Premier ministre ou gouvernement au pouvoir.

Tulinabo Mushingi estime toutefois que la mise en œuvre pacifique des choix des électeurs constituera un grand succès pour la Guinée-Bissau et pourrait ouvrir la voie à une coopération et à une assistance accrue de la communauté internationale.

Lors de sa neuvième visite en Guinée-Bissau, en février dernier, Tulinabo Mushingi a conseillé à la classe politique bissauguinéenne et à ses dirigeants de s’acquitter de leurs fonctions dans le respect des lois et de les diriger afin de décider avec courage de la destination du pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *