Guinée Bissau:José Mário Vaz clarifie l’impasse dans la formation du gouvernement

Le président José Mário Vaz, dont le mandat prend fin le 23 juin, a appelé la presse pour préciser les raisons de l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays, qui reste sans gouvernement deux mois après les élections législatives du 10 mars de cette année.

C’était lors d’une réunion informelle avec une trentaine de journalistes, lors d’un petit-déjeuner de travail, ce vendredi (10/05), dont José Mário Vaz a profité pour parler des sujets brûlants du pays, à savoir le désaccord autour de la constitution du bureau de l’Assemblée nationale populaire. Il a mis l’accent sur quatre questions, à savoir: 1 ° – Retard dans la nomination du nouveau gouvernement, aujourd’hui encore (10/05), qui s’est achevée deux mois après les élections législatives de mars de cette année; 2 – Guerre ouverte entre le ministère public et la police judiciaire pour savoir où se trouve le riz de la population offert au pays par la Chine; 3 ° – silence présidentiel concernant le marquage de la date présidentielle, qui devrait avoir lieu plus tard cette année; 4 ° Sur la nomination du nouveau gouvernement. À cet égard,

En ce qui concerne la guerre ouverte entre le pouvoir judiciaire, José Mário Vaz a déclaré qu’il regrettait les échanges de cocooning sur la place publique entre deux institutions de l’État. Il a dit, en passant, qu’il demanderait au syndicat des magistrats d’entendre ce qui se passe dans le bureau du procureur général au point où le syndicat demande au président de renvoyer le procureur général Bacari Biai.

Faisant référence à la date des élections présidentielles, José Mário Vaz a déclaré qu’il n’avait pas encore convoqué ces réunions. Tout cela parce qu’ils attendent que les organes de gestion électorale, la CNE et la GTPAE, présentent une proposition concrète de scrutin, que l’Union européenne a l’intention de tenir cette année, comme le prévoit le cycle électoral du pays.

Ce jeudi 9 Mai, le chargé d’affaires de la représentation de l’Union européenne en Guinée-Bissau, Alexandre Borges, a déploré la lenteur avec laquelle le gouvernement n’a été formé, alors qu’il se prononçait pour marquer la Journée de l’Europe.

Le mandat du président José Mário Vaz se termine le 23 juin. Mais il a répété ce vendredi qu’après quatre ans de malentendus parmi les bissauguinéens, il s’attendait à ce que les élections du 10 mars surmontent cette impasse. Il souligne qu’il n’y a toujours pas de dialogue et que la « violence verbale » a commencé dès le lendemain des élections législatives et que, sans compréhension, il est « impossible » de nommer le futur Premier ministre qui, conformément à la Constitution, Ce sera Domingos Simões Pereira, président du PAIGC, le parti le plus voté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *