GUINÉ-BISSAU: LA MISSION DE PAIX DES NATIONS UNIES RAPPELLE AU PRÉSIDENT JOMAV LA NOMINATION D’UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE EN GUINÉE-BISSAU

Les chefs des missions de maintien de la paix des Nations Unies en Afrique de l’Ouest ont rappelé hier au président Jose Mario Vaz que la nomination d’un nouveau Premier ministre était cruciale pour la Guiné-Bissau en ce moment. Cet avertissement a été lancé à la suite de la 34ème réunion de haut niveau des chefs de mission des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, tenue à Bissau, dans une des salles de réunion du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS).

La réunion, sous la coordination du Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, vise à renforcer la coordination afin de renforcer les synergies et aux défis auxquels sont confrontées les régions de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.

Outre le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, les représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations Unies en Guinée-Bissau (UNIOGBIS), José Viegas Filho, coordonnateur résident des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Babacar Cissé et le Libéria, Yacoub El Hillo et le directeur des affaires politiques de la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), Bruno Mpondo-Epo.

Après avoir analysé un certain nombre de questions relatives à la sécurité et à la paix dans les différents pays de la sous-région, en particulier la situation en Guinée-Bissau, les chefs de mission ont publié un communiqué final dans lequel ils se sont félicités de la tenue d’élections législatives pacifiques. , crédible et transparent dans le pays, ainsi que les acteurs nationaux et les partenaires internationaux loués pour leur soutien et leur collaboration.

Ils se sont également déclarés préoccupés par le fait que les efforts de stabilisation post-électorale se heurtent à de graves problèmes liés à la résurgence des divisions de partis politique autour de l’élection des membres du bureau de l’Assemblée nationale populaire . Cependant, ils ont exhorté toutes les parties politiques représentées au parlement à travailler ensemble de manière constructive pour permettre au parlement de concentrer ses actions sur les priorités postélectorales.

Ils ont saisi cette occasion pour lancer un appel aux autorités nationales et à la Commission électorale nationale pour achever le cycle électoral en organisant les élections présidentielles avant la fin de 2019, conformément à la Constitution et à la loi électorale.

Finalement, ils ont encouragé les partenaires, en particulier le groupe des cinq (UA, CPLP, CEDEAO, UE et ONU), à continuer à coordonner leurs activités et à impliquer les acteurs politiques de la Guinée afin de promouvoir un dialogue authentique et le développement du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *