Guinée-Bissau : la CEDEAO recommande une solution politique pour sortir du blocage du parlement

La mission de haut niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé ce mardi les acteurs politiques bissau-guinéens à entamer un dialogue afin de sortir de l’impasse politique qui bloque le parlement du pays.

« L’impasse parlementaire doit être résolue politiquement et non juridiquement », a déclaré Geoffrey Onyeama, ministre des Affaires étrangères du Nigeria, qui dirige la mission de la CEDEAO, après une audience avec le président de la Guinée-Bissau José Mario Vaz.

Selon le ministre nigérian, il est nécessaire que la composition du bureau du parlement soit effective et totale.

L’impasse au parlement provient du rejet de la candidature au poste de deuxième vice-président du parlement de Braima Camará, président du Mouvement pour l’Alternance démocratique (MADEM-G15), deuxième aux législatives, par la majorité composée des 54 députés du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), de l’Assemblée du Peuple uni-Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB), de l’Union pour le Changement (UM) et du Parti de la nouvelle Démocratie (PND).

Le MADEM-G15, composé par des dissidents du PAIGC, a refusé de désigner un candidat autre que son président. Cependant, sans former un bureau complet, le parlement n’arrive pas à proposer au chef de l’Etat le nom d’un Premier ministre.

« Le nouveau gouvernement devrait entrer en fonction le plus tôt possible afin de sortir le pays de cette situation », a affirmé M. Onyeama.

Jean Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, qui fait partie de la mission, a également rencontré le président du parlement bissau-guinéen, des représentants de la communauté internationale et des partis politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *